Soutenance de thèse de Simon Coninx le 24 octobre 2022

03 October 2022
Simon Coninx a réalisé sa thèse au Cermav sous la direction de Rachel Auzely, Professeur à l'Université Grenoble Alpes. Elle est intitulée "Nanogels à base de glycosaminoglycanes riches en bore pour le traitement multi-modal du cancer". Cliquez sur le titre pour accéder au résumé.
Résumé :
« Les dérivés actuellement utilisés pour un traitement par la capture neutronique par le bore (BNCT) ont montré certaines limites. En effet, seul le BPA et la BSH sont cliniquement acceptés et des difficultés concernant leur sélectivité vis-à-vis de la tumeur, leur suivi par imagerie après injection ainsi que la quantité de bore accumulée dans les tumeurs ont été identifiées et ne permettent pas une efficacité optimale du traitement. Les nanotransporteurs apparaissent comme une solution prometteuse pour répondre à ces besoins car ils présentent de nombreux avantages, en particulier la possibilité d’encapsuler des molécules riches en bore tel que le borocaptate de sodium (BSH), de co-encapsuler une molécule traçable par imagerie ou active en chimiothérapie, et d’améliorer le ciblage tumoral grâce à des ligands spécifiques en complément de l’accumulation passive (effet EPR, enhanced permeability and retention). Dans cette optique, les nanogels de polysaccharides apparaissent comme des candidats de choix car ils possèdent également toutes les propriétés d’un hydrogel, c’est-à-dire qu’ils sont flexibles, modulables, hydrophiles et forment un réseau réticulé physique ou chimique afin de limiter une dégradation rapide par les enzymes ou le foie. Dans ce projet, la stratégie a consisté à synthétiser des nanogels thermosensibles biocompatibles et biodégradables à base d’acide hyaluronique (HA) ou d’héparosan (Hep) pour la BNCT. Ainsi, les monomères thermosensibles ont été greffés sur les polysaccharides par différentes méthodes. La technique la plus aboutie par la vinylsulfone a rendu possible la formation de nanogels réticulés stables à température ambiante. L’encapsulation de BODIPY-BSH dans des proportions élevées a permis d’une part le suivi de ces nanotransporteurs par fluorescence, et d’autre part de véhiculer le bore en quantité importante. Les tests biologiques ont montré l’absence de toxicité et une forte captation par les cellules tumorales in vitro. Concernant, les expériences in vivo, une partie des nanogels s’accumule dans la tumeur mais la majorité d’entre eux s’accumule dans le foie, certainement de par leurs tailles et leurs indices de polydispersité (PDI) élevés. Enfin, dans le but d’augmenter encore la quantité de bore dans les nanotransporteurs, l’étude d’autres polymères thermosensibles est proposée pour le greffage de cyclodextrines (CD) en surface et l’encapsulation de BODIPY-BSH. L’objectif à terme est donc la formation de nouveaux nanogels enrichi en CD et contenant une proportion encore plus élevée de bore pour une efficacité accrue en BNCT. »