Nos travaux sont à la une du CNRS

28 October 2020
Nous avons montré lors d'une collaboration internationale qu'un récepteur présent chez les légumineuses permettrait de se passer d’engrais azotés. Cliquez pour plus d'informations. / Figure: Superposition de la structure des récepteurs liés à la symbiose (bleu) et de ceux liés à la réponse immunitaire (vert). Les principales différences sont au niveau de l'encadré, tout en haut. © Mickaël Blaise

« Efficaces, mais dangereux, les engrais azotés doivent être progressivement remplacés par des solutions plus vertes. Les plantes légumineuses ont par exemple la particularité d’assimiler naturellement l’azote atmosphérique, grâce à des bactéries symbiotiques. Des chercheurs du Danemark, du CERMAV (CNRS) et des universités de Cambridge (Royaume-Uni) et d’Otago (Nouvelle-Zélande) ont décrypté ce phénomène à l’échelle moléculaire. Selon ces travaux publiés dans Science, ce mécanisme pourrait être adapté à toutes les plantes grâce à une légère évolution d’un récepteur de leur système immunitaire. »

Plus d’informations sur le site du CNRS:
https://inc.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/un-recepteur-present-chez-les-legumineuses-permettrait-de-se-passer-dengrais-azotes

A lire aussi